Inscrivez-vous à la
prochaine séance d'info !

Le mot qui délivre & The Slow Reading Club

0479/30.47.76
elo@lemotquidelivre.be

Site web : www.lemotquidelivre.be

Facebook : www.facebook.com/lemotquidelivre et www.facebook.com/theslowreadingclub 

Instagram : www.instagram.com/le.mot.qui.delivre/ et www.instagram.com/the_slow_reading_club

 

Qui êtes-vous ?

Moi, c’est Eloïse ! Je garde un souvenir singulier du moment où la magie des mots m’a été révélée. Depuis ce moment, elle ne m’a plus quittée. Jusqu’à mon burn out il y a quelques années alors que je jonglais avec toutes les facettes d’une vie bouillonnante de femme, d’enseignante passionnée et de jeune maman.

Quelque chose s’est perdu en cours de route, me forçant à m’arrêter pour me recentrer. Je participe alors à un atelier d’écriture, je retrouve le plaisir des mots, l’ivresse des livres. Et la flamme reprend.

Au printemps 2018, je me lance. Je donne vie à une idée qui a germé pendant cette pause nécessaire : le Slow Reading Club. Je découvre la joie de proposer des bulles de bien-être. Et j’en veux encore plus, plus de rencontres, plus d’échanges, plus d’émotions,… à travers les mots.

Depuis l’étincelle a pris grâce à la communauté qui a répondu à l’invitation. L’intuition de départ s’est transformée en un projet de vie : le mot qui délivre.

 

Pouvez-vous présenter votre entreprise ?

Le Mot qui délivre, c’est des ateliers d’écriture intime et créative, des séances de bibliothérapie et du coaching littéraire pour accompagner tout type de projet d’écriture personnel. Le Mot qui délivre gère aussi les Slow Reading Clubs, clubs de lecture lente et consciente. Toutes ces activités sont destinées à un public adulte mixte en recherche de déconnexion et de respiration grâce aux mots et aux livres. Le Mot qui délivre c’est des bulles de respiration et d’expression pour une communauté soudée, dynamique et ouverte d’esprit.

 

Qu’est-ce qui vous anime à vous lever le matin ?

Depuis que j’ai lancé le mot qui délivre, il n’y a plus aucun matin où je me dis « j’ai pas envie d’y aller » ! Je me réjouis de commencer une semaine où chaque jour apporte son lot de rencontres et de nouveauté. J’aime me dire que je vais aider des personnes à trouver leur voie, à s’écouter, à prendre soin d’elles et à s’affirmer dans leur singularité. Je me sens utile et à ma place, un super moteur pour continuer.

 

Que préférez-vous dans votre job ? Quel est l’aspect que vous aimez le plus dans votre job actuel ?

J’ai créé un job atypique où je me sens libre. Libre d’être qui je suis, libre d’offrir des activités et des inspirations en fonction de mes propres goûts et affinités. Je suis heureuse de voir que l’invitation est saisie et que nous devenons plusieurs à partager ce qui au départ est un gros kiff personnel.

Je carbure aussi aux rencontres diverses et variées. J’aime découvrir quelle histoire se cache derrière la ou les personne(s) que j’accueille.

 

Quel est votre prochain défi professionnel ?

Je suis en train de développer une offre élargie de formations en bibliothérapie. Les premières personnes formées en Belgique grâce au Mot qui délivre sont en demande d’approfondissement et d’accompagnement dans leur projet professionnel. Comment développer une activité orientée bien-être en utilisant les outils de la lecture et des livres ?

Je suis aussi en train de créer un séjour « retraite littéraire » pour que les personnes qui écrivent un livre puisse écrire en toute sérénité, de manière créative et concentrée. Rencontrer d’autres plumes, les soutenir et les motiver.

 

Si vous aviez le pouvoir de remonter le temps, changeriez-vous quelque chose dans votre parcours ?

J’avoue que je ne changerais pas grand-chose. Mes expériences m’ont amenée là où je devais être pour que ce projet prenne vie et force grâce à toutes les leçons que j’ai pu apprendre. Il a fallu que je voyage, que je devienne mère, que je « bugge » , que je me connaisse mieux pour rassembler toutes mes ressources et me lancer.

« Il n’est jamais trop tard pour éclore », ce chapitre de ma vie est arrivé au moment juste, et prépare de nouveaux rebondissements ! Histoire à suivre… en plusieurs tomes ;-)

 

Job’In vous a accompagné tout au long de cette aventure. Quelle a été la force pour vous d’un tel accompagnement ? Job’In en un mot ?

La couveuse a été une expérience initiatique qui a permis de me rassure sur le fait que
j’ai vraiment un esprit d’entrepreneure. Bien qu’accompagnée dans les points qui constituaient mes faiblesses, j’ai réussi à progresser dans un état d’esprit où je me suis sentie quasiment autonome dans mes décisions, mes stratégies, mes objectifs. J’ai pu concrétiser mes objectifs grâce à ce cadre rassurant et stabilisant. Suffisamment rassurant pour que je fasse preuve d’audace et n’ait pas peur de prendre des décisions, d’investir sur le long-terme, pour poser les fondations d’une entreprise durable. La couveuse m’a permis de prendre conscience que c’est enrichissant de tester, d’explorer des pistes, de faire marche arrière, de réorienter, tant que la vision et les valeurs de mon entreprise restent claires.

Plus concrètement, j’ai appris à mieux organiser mon temps, à développer des outils de gestion, à privilégier l’expérimentation et l’étude de marché pour tester un nouveau service ou m’adapter à mon public-cible.

Job’in = donner confiance

 

Une anecdote à raconter sur votre vie d’entrepreneur·e ?

Après 2 ans d’expérience, je me rends compte qu’il y a quelque chose de presque magique qui survient très régulièrement : les client.e.s qui s’inscrivent à un stage, un atelier ou qui s’engagent pour un coaching littéraire me disent ceci : elles ont vu passer mon annonce sur les réseaux ou une info quelque part et que c’est comme si elles avaient eu un déclic net « c’est exactement ça que j’attendais ! Je fonce, j’y vais ». J’entends souvent que ça a « palpité » en elles et réveillé une envie profonde d’oser. Et ça me met terriblement en JOIE.

 

Un conseil pour les personnes qui, comme vous, n’ont qu’une envie : se lancer dans la grande aventure de l’entrepreneuriat ?

Qu’elles écoutent leur petite voix intérieure, celle qui a trouvé la réponse à leurs envies profondes. Peut-être qu’elles ne savent pas encore comment, par où commencer. Mais qu’elles mettent de côté la peur, quand c’est fort, juste et aligné, on trouve les réponses et les solutions en se mettant en action. C’est pas moi qui le dis, c’est Goëthe :-)

 

 

Eloïse Steyaert

Do Not Track détecté