Inscrivez-vous à la
prochaine séance d'info !

Kari’T care

0488491650
karitcare@yahoo.com

Site internet : www.karitcare.com

Facebook : www.facebook.com/Karitcare

Instagram : https://www.instagram.com/Karitcare

 

Qui êtes-vous ?

Nathalie, la quarantaine, mariée, mère de deux enfants à temps plein et d’une ado le weekend, graduée en communication et gestion d’entreprise et licenciée en médiation familiale. Epicurienne, fonceuse, amoureuse de la vie et de la terre, autodidacte,  mon parcours fut jalonné de nouvelles expériences, évoluant au fil de mon cheminement personnel.
Avec mon diplôme de communication en poche, j’ai débuté ma carrière en tant que déléguée médicale durant 8 ans, dans un cadre professionnel confortable, où je gagnais bien ma vie et je ne me posais pas trop de questions.  La perte de mon frère unique a fait basculer mon petit bonhomme de chemin et j’ai décidé d’emprunter des sentiers un peu plus sinueux, d’abord afin d’explorer mon âme, de me connecter avec d’autres énergies afin de comprendre ma destinée sur terre. J’ai erré quelques années avant de trouver mon chemin, et c’est la rencontre avec  mon mari et la naissance de mes enfants, qui m’ont permis de me stabiliser et enfin trouver ma voie.
Je suis devenue savonnière et créatrice de la gamme de cosmétique Kari’T care à base de beurre de karité issu du pays de mon mari : Le Bénin

 

Pouvez-vous présenter votre entreprise ?

Kari'T care est un petit atelier familial proposant une gamme de cosmétiques naturels, de shampoings solides et de savons à froid fabriqués de manière artisanale à Sombreffe dont l'ingrédient phare est le beurre de karité brut, issus d'une coopérative du Bénin. En créant Kari'T care, notre souhait était d'allier les merveilles de 2 continents, l'Afrique et l'Europe dans une démarche éco-responsable et éthique, mais aussi d'apporter de la qualité sur un marché saturé par les produits chimiques et les déchets, c’est pour cela que depuis nos débuts en 2015, nous travaillons dans une démarche zéro déchet et proposant nos savons et shampoings en vrac et nos crèmes et huiles dans des contenants en verre, pour lesquels nous avons mis en place un système de consigne avec certains magasins.

Des produits naturels, formulés avec peu d'ingrédients, simples et sains, à base d'ingrédients issus de cueillettes sauvages ou biologiques telles sont les caractéristiques que l'on met en avant dans notre gamme.

 

Qu’est-ce qui vous anime à vous lever le matin ?

Ce qui m’anime le plus le matin, c’est notre routine du petit déjeuner à rallonge sans stress, où l’on fait un petit débriefing des tâches à faire pour la journée, avec mon mari, où l’on se donne des objectifs à réaliser chacun. Le fait de gérer et d’organiser son temps comme on le veut est pour moi la plus grande des libertés, bien qu’il m’arrive parfois de travailler jusqu’à 23h, parce que j’ai préféré profiter d’un rayon de soleil ou de mon potager ; je ne pourrais changer ce mode de vie pour rien au monde

 

Que préférez-vous dans votre job ? Quel est l’aspect que vous aimez le plus dans votre job actuel ?

Ah la la, il y a un avant et un pendant covid car on a pas encore vu l’après… Ce qui m’animait dans l’ancien temps, c’était la rencontre client, aller sur les marchés, faire des démos dans les magasins, aller à la rencontre des gens et partager ma passion, avoir des retours positifs sur mes produits ou sur ma démarche, …  çà c’était mon moteur, pour l’instant le moteur s’étrangle, un an que je n’ai pas pu aller sur le terrain… Certes, on a basculé sur la vente en ligne, on a encore pas mal de points de vente qui vendent nos produits mais le contact client, me manque terriblement et ce n’est pas à travers les reseaux sociaux ou des mails que j’arrive à retrouver cet aspect qui m’animait tant…

 

Quel est votre prochain défi professionnel ?

En faisant beaucoup d’introspection sur moi cette année,en cultivant ma resilience et en recherchant de nouveaux challenges , j’ai fait le tour pour ma part dans mon activité.
J’ai vraiment pu mettre le point sur ce qui m’animait , aller au moins un petit point positif à cette crise ! Et ce qui m’anime, c’est d’échanger autour de ma passion de la fabrication des cosmétiques artisanaux et la gestion d’entreprise à dimension humaine.  Etant dans l’activité depuis plus de 5 ans, et ayant suivi de nombreuses formations en France dans ce domaine,  je maitrise toutes les étapes du processus pour la mise sur le marché des cosmétiques, et j’ai entrepris pas mal de formations ces derniers temps afin de me spécialiser en tant qu’experte en BPF Cosmétiques !

 En effet, les Bonnes Pratiques de Fabrication sont encadrées par la norme iso 22716, et j’ai pu consater qu’ il y a très peu de formation en Belgique et cette partie est souvent sous estimée par les artisans de la cosmétique, alors qu’il s’agit bien d’une OBLIGATION qui peut être sanctionnée au pénal pour non respect de la norme !!

C’est pour cela qu’à partir d’avril, je délègue Kari’T care à mon mari et je m’envole dans ma nouvelle activité de prestataire de service, pour partager mon expérience et mon expertise dans ce domaine en proposant la rédaction du canevas BPF selon la norme en vigueur, réalisation des audits externes, obligatoire au bon fonctionnement d’un laboratoire, ainsi que mon aide dans la mise aux normes des locaux des laboratoires et savonneries, en partenariat avec une toxicologue qui s’occupe de toute la partie de validation de produits car l’un ne va pas sans l’autre dans notre activité !  J’ai hâte de débuter ce nouveau challenge !

 

Si vous aviez le pouvoir de remonter le temps, changeriez-vous quelque chose dans votre parcours ?

Si il y a bien un point que j’aurais voulu changer dans mon parcours, c’est de ne pas sous estimer l’importance des réseaux sociaux, c’est vraiment une énorme possibilité de visibilité! Quand on est fabricant, en maitrisant toute la chaine de la matière première aux produits finis, on tombe facilement le nez dans le guidon et je n’ai plus trouvé le temps de mettre une stratégie de communication en place, alors que de nos jours pour exister dans cette société de consommation, il n’y a pas 10 000 façon de se faire entendre !

 

Job’In vous a accompagné tout au long de cette aventure. Quelle a été la force pour vous d’un tel accompagnement ? Job’In en un mot ?

Alors Job’in, pour moi c’était mon filet, ma sécurité, et la permission d’essayer et de peut être se planter, sans que les retombées financières ne m’anéantissent !

La qualité des formations, le suivi des conseilliers, même après la sortie, la bienveillance et l’honnêté, de dire ce qui va ou pas, tout en respectant, les choix qu’on prend malgré tout !    

Sans Job’in, je ne pense pas que mon activité serait encore en vie aujourd’hui, j’ai fait pas mal d’erreurs en couveuse, si je m’étais lancée directement en tant qu’indépendante avec toutes les charges qui en découlent, je n’aurais pas tenu longtemps !

 Job’in c’est ma doula ! 

 

Une anecdote à raconter sur votre vie d’entrepreneur·e ?

Quand on a débuté l’aventure de Kari’T care avec mon mari, on avait réalisé un moodboard avec en point de mire, partir au Bénin en famille, afin de rencontrer la famille de mon mari et nos productrices de karité et fabriquer ensemble, le beurre de karité de manière ancestrale accompagné de chants, de danses et de dépaysement !

Pour réaliser cela, il fallait en vendre beaucoup de savons et de cosmétiques ! Cela aura pris 5 ans et quand j’y suis arrivée mon point de mire était atteint !  Je suis rentrée, peu de temps après,  on était confiné, et je venais de réaliser que je voulais passer à autre chose, car j’avais atteint mon but final !En même temps je ne peux pas abandonner un tel projet, dans lequel j’ai tellement investi,  et heureusement mon mari n’a pas le même point de mire que moi ! Moi,  J’ai juste besoin d’autres challenges ! 

 

Un conseil pour les personnes qui, comme vous, n’ont qu’une envie : se lancer dans la grande aventure de l’entrepreneuriat ?

Ne pas sous estimer la puissance des réseaux, c’est votre visibilité pour développer votre entreprise, à l’époque actuelle, on ne peut plus sous estimer pour la plupart des métiers l’importance du monde digital. C’est un coût a prendre en compte dès l’ébauche du business plan, dès la base de l’activité,  avec un bon site web bien référencé certes c’est un investissement mais bien mené on en récupère vite le retour !

 

Ghysen Nathalie

Do Not Track détecté